L’alcoolisme et le Biodecodage : Guérison Émotionnelle

L’alcoolisme et le Biodecodage : Guérison Émotionnelle, InfoMistico.com

L’alcoolisme est défini comme un schéma de consommation excessive d’alcool conduisant à une intoxication récurrente. Il peut se manifester de manière aiguë, comme dans des épisodes d’intoxication sporadique, ou de manière chronique, caractérisé par une utilisation persistante d’alcool en réponse à un état pathologique sous-jacent.

Perspective du Biodecodage sur l’Alcoolisme

Conflits Émotionnels Sous-jacents

À travers la lentille technique du biodecodage, un conflit central lié à la protection maternelle est identifié. Il représente une échappatoire face à une réalité perçue comme insupportable tant sur le plan biologique qu’émotionnel.

Souvent, les premières rencontres des individus avec l’alcool se produisent dans des contextes de célébration et de joie. Cette mémoire est imprimée dans notre psyché, créant un lien entre la consommation d’alcool et l’expérience du bonheur, une sensation que la vie quotidienne ne semble pas offrir spontanément.

De plus, l’alcool libère temporairement l’individu de ses inhibitions, car il réduit l’activité dans la région frontale du cerveau, conduisant à une diminution de la mémoire, de la concentration et du contrôle de soi.

Conflit Émotionnel Derrière la Consommation d’Alcool

La racine de la consommation problématique d’alcool réside souvent dans des conflits liés à la figure maternelle et au besoin de protection (les addictions sont étroitement liées à la relation avec la mère).

Il en résulte une peur de la vulnérabilité et la douleur des blessures passées. Cela peut être interprété comme une recherche de connexion spirituelle ou divine, un désir de toucher des éléments transcendants comme l’eau ou le feu.

Le problème est encore compliqué par les conflits de séparation paternelle, c’est-à-dire la lutte pour capter l’attention maternelle en surmontant la barrière paternelle.

Le désir de fuir la réalité et d’oublier les problèmes personnels représente un autre conflit émotionnel significatif. De plus, l’alcool peut servir de moyen pour exprimer des vérités cachées, opérant sous la croyance populaire que « les ivrognes disent toujours la vérité », tentant ainsi d’unir ou de guérir la famille.

Conséquences de l’Alcoolisme

L’abus d’alcool déclenche une gamme de troubles physiques et cognitifs ; le corps subit une agitation et une transformation, les capacités cognitives sont diminuées, et les systèmes nerveux et musculaire sont soumis à une tension excessive.

L’alcoolisme, comme d’autres formes de dépendance, apparaît souvent dans une tentative de combler un vide émotionnel ou psychologique profond, empoisonnant ainsi l’existence de l’individu d’une certaine manière.

Motivations Derrière l’Abus d’Alcool

Les raisons derrière l’abus d’alcool sont variées et incluent la fuite de réalités personnelles adverses, la lutte contre les phobies, l’autorité (surtout paternelle), et le conflit interne sur la présentation de son vrai soi en public.

De plus, la consommation d’alcool est souvent recherchée pour gagner en confiance dans les situations sociales, faciliter la communication et affronter les défis, car une légère intoxication peut réduire les inhibitions, permettant une plus grande honnêteté et expression de soi.

Le Désir de Domination et l’Illusion de la Force

La consommation d’alcool procure une illusion de force et de pouvoir, me donnant un sentiment de contrôle dans les relations personnelles, en irritant inévitablement les autres en raison de mon état. Dans cet état, je perds la capacité de reconnaître les situations qui pourraient m’être nuisibles.

Je me sens souvent sous-évalué, indigne, incompétent, inférieur et incapable de me défendre moi-même ou les autres, englouti dans des sentiments de solitude, d’isolement, de culpabilité et de détresse, accompagnés d’une perception d’abandon, familial ou autre. C’est alors que je cherche refuge dans « un petit tonique ».

Plongée dans l’Oubli

Je cherche souvent à « noyer mes chagrins » ou toute autre émotion difficile pour échapper aux circonstances conflictuelles ou inconfortables. Il est important de noter que certaines situations de stress peuvent avoir un lien direct avec l’alcoolisme.

Je repère un schéma récurrent : tension – consommation d’alcool – sensation de bien-être après avoir bu, ce qui semble initialement soulager la tension. Cela suggère que mon cerveau a été conditionné à associer l’acte de boire de l’alcool à une échappatoire au stress.

Ainsi, un cycle automatique se développe face au stress, ma première réaction est de chercher du réconfort dans l’alcool.

Les défis rencontrés pendant l’enfance, surtout dans un environnement familial marqué par l’alcoolisme d’un membre, souvent un parent, sont soulignés comme l’une des origines potentielles de cette dépendance.

Troubles Névrotiques et Altérations de la Personnalité

Les troubles névrotiques et les altérations de la personnalité qui en découlent émergent comme des facteurs significatifs dans le développement de mon alcoolisme. Même le manque de nutriments essentiels peut me pousser à chercher un complément nutritionnel dans l’alcool.

Souvent, cet environnement est exacerbé par des conflits et, parfois, par des violences de toutes sortes, y compris des abus physiques et psychologiques. Les tentatives pour me distancer de ma famille s’avèrent souvent infructueuses.

En conséquence, mon éthique est compromise : l’exposition constante aux conflits familiaux diminue mon estime pour les valeurs inculquées par mes parents, empêchant l’intégration de principes moraux solides.

Dans certaines familles, l’alcoolisme est perpétué par l’éducation, avec des parents qui banalisent la consommation d’alcool chez les enfants ou qui normalisent sa prise régulière et abondante.

L’hypoglycémie peut être une autre condition sous-jacente contribuant à mon alcoolisme, étant donné que l’alcool se transforme rapidement en sucre dans le sang.

Cela explique pourquoi, en renonçant à l’alcool, je pourrais commencer à consommer des quantités excessives de café, cherchant la caféine comme stimulant, ainsi que du sucre, des pâtisseries ou des bonbons en grandes quantités.

Occasionnellement, le tabagisme devient une autre de mes addictions, me fournissant le stimulus nécessaire pour me sentir actif. Il est crucial d’identifier la racine de mon inconfort associé à l’hypoglycémie, un dilemme pour lequel je n’ai pas encore trouvé de solution.

Le Lien entre Allergies et Alcoolisme

Il s’avère que ma préférence exclusive pour des boissons comme le cognac, le gin, le whisky, le seigle ou le Scotch pourrait indiquer une réaction allergique sous-jacente à un ou plusieurs composants présents dans ces boissons, tels que le blé, l’orge et le seigle, entre autres.

Cela me conduit à me demander : à quoi ou à qui suis-je réellement allergique ?

L’origine de l’alcoolisme peut être liée à des expériences d’enfance non résolues ou non acceptées. Si j’ai eu des expériences sexuelles inappropriées dans mon enfance avec quelqu’un d’alcoolique, ou si je porte une culpabilité liée à ces rencontres, le souvenir de ces expériences peut éveiller en moi le désir de boire.

De même, si je n’ai pas accepté la colère de mon père alcoolique, j’ai pu intérioriser cette colère, devenant éventuellement moi-même alcoolique. Dans ce contexte, l’alcool devient un moyen d’éviter les préoccupations liées au passé, au présent et au futur.

Fuir vers un Monde Illusoire

Pour me distancer d’une réalité souvent complexe et m’immerger dans un rêve inaccessible, je construis continuellement un refuge fantastique et illusoire.

Cet escapisme me permet, bien que temporairement, d’oublier mes sentiments d’auto-rejet, de solitude, d’ignorance, d’impuissance et la sensation d’être différent des autres.

Je parviens à échapper à mes responsabilités et, pour un moment, me sentir « libéré ». Étant donné mon insatisfaction vis-à-vis de ma vie, elle ne fait que se détériorer davantage au fur et à mesure que ma dépendance à l’alcool (ou à d’autres substances) augmente.

Dans les moments de sobriété, la réalité paraît encore plus insupportable, me poussant vers la dépression. Mon désir est de me détacher de la réalité et de plonger dans un monde de fantaisie.

Surtout lorsque la dépendance devient évidente, je désire le type de connexion émotionnelle que j’ai toujours souhaité recevoir de ma mère ou de mon père et que je sens ne jamais avoir eu. Je cherche à vivre un amour inconditionnel.

Bien que le passé ait été difficile et que ma bouteille soit devenue ma « meilleure amie », il est temps de valoriser mes attributs physiques et spirituels.

J’ai décidé d’adopter une approche de vie plus structurée, appréciant qui je suis et mes vertus. Je suis maintenant sur un chemin vers une direction plus saine. En m’éloignant d’un état de fuite et de désespoir constants, je pourrai cultiver un plus grand respect de moi et aborder mes problèmes (et expériences) de manière plus efficace.

Retour en haut