Débuts Alternatifs de l’Année Nouvelle

Débuts Alternatifs de l’Année Nouvelle, InfoMistico.com

Dans de nombreuses parties du monde, l’arrivée d’un nouveau cycle ne coïncide pas avec le premier jour de janvier, une date que beaucoup d’entre nous associent au commencement de l’année. Cette divergence s’ancre dans des traditions et croyances religieuses régionales, dont certaines sont plus anciennes que le calendrier que nous utilisons actuellement.

Willka Kuti : Le solstice andin

Débuts Alternatifs de l’Année Nouvelle, InfoMistico.com

Sur les hauteurs de l’Altiplano, les communautés indigènes attendent les premières lueurs du soleil, Tata Inti, aspirant à sa lumière purificatrice pour entamer l’année chargés d’énergie positive. Simultanément, dans les terres basses, ils guettent l’apparition de l’étoile du matin.

L’année 2024, ou 5232 selon le calendrier andin amazonien, est considérée par ces cultures comme le début d’une nouvelle ère, l’ère de Pachacuti, marquant un retour à l’harmonie et à l’équilibre de la planète.

Le 21 juin, coïncidant avec le solstice d’hiver de l’hémisphère sud, des groupes indigènes de Bolivie tels que les Quechuas, les Aymaras et les Guaranis célèbrent le début de leur année. Des lieux sacrés comme Tiahuanaco et les ruines de Samaipata deviennent des centres de rassemblement et de célébration.

Enkutatash : La tradition éthiopienne

Débuts Alternatifs de l’Année Nouvelle, InfoMistico.com

Aux alentours du 11 septembre, l’Éthiopie commémore son Nouvel An, en souvenir du retour légendaire de la Reine de Saba, un événement relaté dans l’Ancien Testament.

Enkutatash, qui signifie « cadeau de bijoux », tire son origine d’une légende selon laquelle la reine, à son retour, reçoit un fastueux tribut revitalisant le trésor royal.

La journée débute avec des cérémonies religieuses, suivies de réunions familiales et de la distribution de nouveaux vêtements aux enfants. Les jeunes s’impliquent activement en offrant des fleurs sauvages et en chantant des chansons du Nouvel An, avec l’Église Sainte-Marie sur le Mont Entoto comme l’un des temples les plus fréquentés.

Rituel des chevaux Miao

Débuts Alternatifs de l’Année Nouvelle, InfoMistico.com

Dans les montagnes du sud-est de la Chine, le groupe ethnique Miao célèbre le Nouvel An d’une manière unique : un combat de chevaux.

Cette tradition remonte à environ 500 ans, née d’un conflit fraternel pour l’amour d’une femme, résolu par un duel équestre.

Aujourd’hui, ces combats constituent une attraction pour villageois et visiteurs lors de la fête du printemps, qui a lieu fin janvier ou mi-février, bien qu’ils ne soient pas exempts de critiques de la part d’organisations de protection des animaux.

Samhain : La fin de l’été celtique

Débuts Alternatifs de l’Année Nouvelle, InfoMistico.com

Peu de gens savent qu’une des fêtes les plus populaires aux États-Unis trouve ses racines dans l’ancienne tradition gaélique d’Écosse.

Le Samhain, célébré entre la nuit du 31 octobre et l’aube du 1er novembre, marque la fin de l’été pour les peuples celtes.

Cette période symbolise la frontière entre la lumière et l’obscurité de l’année. Curieusement, dans le calendrier Nanakshahi, suivi par les Sikhs, le 14 mars est considéré comme le début de l’année, tandis que le Baisakhi rassemble diverses religions de l’Inde dans une grande célébration annuelle.

Rosh Hashaná : Les dix jours de réflexion

Débuts Alternatifs de l’Année Nouvelle, InfoMistico.com

Les Juifs débutent leur année à une date variable entre septembre et octobre, selon leur propre calendrier.

Rosh Hashaná, qui commémore la création d’Adam et Ève, est le point de départ de dix jours d’introspection connus sous le nom de Yamim Noraim (les « jours terribles »), aboutissant à Yom Kippour, ou Jour du Grand Pardon.

Durant cette période, il est traditionnel de réviser les actions de l’année écoulée, de se repentir et de pardonner à ceux qui ont causé du tort. On croit que Dieu juge et accorde son pardon à la fin de ces jours, permettant ainsi un début propre et renouvelé pour l’année. Le shofar, un cor de bélier, est soufflé avant et après les prières de Rosh Hashaná, marquant symboliquement cette période.

Baisakhi : La célébration de l’égalité

Débuts Alternatifs de l’Année Nouvelle, InfoMistico.com

Gobind Singh, le dernier guru des Sikhs, établit en 1699 un principe fondamental d’égalité, éliminant les divisions de caste.

Les Sikhs, principalement concentrés dans le nord de l’Inde et le sud du Pakistan, célèbrent Baisakhi entre le 13 et le 14 avril, coïncidant également avec la saison des récoltes.

Bien que le 14 mars soit le début de l’année selon le calendrier Nanakshahi, Baisakhi est un moment d’union pour diverses religions en Inde, le célébrant comme s’il s’agissait du commencement d’une nouvelle année.

Songkran : Le jeu d’eau festif

Débuts Alternatifs de l’Année Nouvelle, InfoMistico.com

En Thaïlande, le Nouvel An est célébré du 13 au 16 avril avec une caractéristique très particulière : les jeux d’eau.

Ces jeux, qui attirent touristes et locaux, sont particulièrement prisés par les enfants. Traditionnellement, le dernier jour de la fête était consacré à honorer les aînés et les leaders spirituels de la communauté, en versant quelques gouttes d’eau parfumée sur leurs épaules comme un souhait de prospérité et de reconnaissance.

Cette célébration aquatique n’est pas seulement un moment de joie et de divertissement, mais aussi un prélude à la saison des pluies et des récoltes abondantes. Cette tradition est également observée dans des pays tels que la Birmanie, le Laos et le Cambodge, marquant un moment d’union et de renouveau.

Retour en haut