Sainte Barbara : Histoire et Légende

Sainte Barbara : Histoire et Légende, InfoMistico.com

Le 4 décembre, jour commémorant l’assassinat de Sainte Barbara par son père il y a plus de 1700 ans, est célébré dans de nombreux pays d’Amérique et d’Europe. Elle est représentée vêtue de blanc et d’une cape rouge, symbolisant dans le catholicisme l’amour ardent et le martyre.

Légende et Histoire de Sainte Barbara

  • L’hostie et le calice symbolisent l’amour du Christ (la coupe).
  • La palme représente le martyre.
  • Au-delà de sa prison, la tour incarne la Sainte Trinité, vénérée par la sainte à travers les trois fenêtres de la tour.
  • L’épée représente l’instrument de son martyre.

Invocation pour Prévenir une Mort Subite

En référence à son père frappé par la foudre, la tradition a fini par attribuer à Sainte Barbara la promesse d’une assistance spéciale à ceux qui l’invoquent en cas de mort imminente sans confession préalable.

Elle le fait en portant le Viaticum, d’abord sous la forme d’un calice, puis comme une custode à l’époque baroque. Elle a été choisie comme l’une des Quatorze Saintes Auxiliatrices de la tradition germanique pour son patronage de l’aide sacramentelle en cas de danger de mort.

Le Concile Vatican II, convoqué par le Pape Jean XXIII, a décidé de la retirer du Sanctoral catholique en 1969, faute de suffisamment de soutien documentaire pour les revendications figurant dans son dossier de service à l’époque.

Patronne de la Poudre et du Feu

Elle est la sainte patronne de toutes les professions liées au feu et à la poudre, comme en témoigne, entre autres, l’invocation répandue par un grand nombre de ces professions (en effet, une soute à poudre de navire a été nommée “Sainte Barbara”).

Plusieurs théories existent à ce sujet, mais la plus plausible est que tout – éclairs, feu, tonnerre et explosions – découle de la foudre qui tua son père.

Son patronage s’est ensuite étendu aux soldats, pompiers, mineurs et artilleurs, ainsi qu’à son invocation contre les tempêtes et incendies bien connus (en effet, une soute à poudre de navire a été nommée “Sainte Barbara”).

Le culte de la Sainte perdure jusqu’à nos jours, en grande partie grâce à ces organisations professionnelles.

Parmi celles-ci, nous pouvons citer les mineurs, les ingénieurs des mines, ceux qui préparent des explosifs ou qui fabriquent des armes à feu (comme c’est le cas des ingénieurs polytechniciens espagnols en armement).

Certaines marines, comme l’italienne, de nombreux corps de pompiers, notamment en France et en Italie, plusieurs communes espagnoles, la plupart des pays d’Amérique Latine et, bien sûr, presque tous les artilleurs du monde chrétien, y compris certaines nations musulmanes.

Légende de Sainte Barbara

Selon la tradition, Sainte Barbara, vierge et martyre, est née en Anatolie (actuelle Turquie), au bord de la mer de Marmara, au IIIe siècle après J.-C., selon la légende transmise par Métaphraste au Xe siècle.

En raison des postes importants qu’il occupait durant l’occupation romaine de la Turquie, son père, Dioscore, était très connu dans la communauté d’“Ismidt-Ismir”. Cet homme était un militaire de carrière, à l’instar de la plupart des riches et puissants de son époque.

Si nous dressons un profil de cet homme, nous découvrons l’archétype idéal pour sa position sociale et son époque, marquées par la brutalité, l’orgueil, l’autoritarisme et la volonté de préserver à tout prix son statut social et politique.

On sait que la mère de Barbara, “Repe”, était d’origine juive. Mais le temps a effacé l’empreinte de son influence dans la vie de Barbara…

Retour en haut