Mystères de l’enlèvement : preuves et théories

Mystères de l’enlèvement : preuves et théories, InfoMistico.com

Communication télépathique lors des enlèvements

L’incident où un enlevé a été rejeté pour être « trop vieux » illustre clairement l’intérêt sélectif des visiteurs extraterrestres pour les individus jeunes et sains de notre espèce.

Cet épisode, où la communication s’est faite de manière télépathique, met en lumière non seulement la capacité de ces êtres à communiquer sans mots, mais aussi leurs critères de sélection spécifiques. Cela soulève la question : Qu’est-ce qui motive cette préférence ?

Tout au long de la recherche sur les enlèvements, certains professionnels de la santé mentale, sans une compréhension approfondie du sujet, ont eu tendance à étiqueter les enlevés comme psychopathes.

Un exemple de cela est le cas de Próspera Muñoz, considérée par le Dr Antonio F. Bueno Ortega sous un diagnostic approchant la schizophrénie, sur la base de son récit d’enlèvement à l’âge de sept ans.

Analyse dans le contexte

Cette perspective change lorsque les enlèvements sont analysés dans un cadre plus large, reconnaissant le modèle récurrent dans le monde entier et parmi des personnes n’ayant aucun lien entre elles.

L’expérience de Próspera Muñoz, partagée avec le chercheur Antonio Ribera, a montré des détails cohérents avec d’autres cas d’enlèvements, malgré son absence d’accès préalable à de telles informations, disponibles uniquement dans des publications étrangères spécialisées.

L’attitude de la communauté psychiatrique envers le phénomène d’enlèvement commence à changer, reconnaissant la complexité et la cohérence des témoignages, suggérant le besoin d’une compréhension plus profonde et moins préjugée de ces expériences.

Depuis la fin des années 1980, le centre TREAT aux États-Unis, sous la direction de la Dr Rima E. Laibow, est actif dans le diagnostic et le traitement des séquelles psychologiques des expériences d’enlèvement, sans se concentrer directement sur l’origine extraterrestre de ces événements pour éviter les controverses avec la communauté ufologique.

Cette approche découle d’une préoccupation pour l’intégrité mentale des individus affectés plutôt que d’un intérêt pour le phénomène lui-même.

Recherche pionnière en psychologie des enlèvements

Le mystère psychologique des enlèvements : l’étude innovante de Clamar

L’incursion des professionnels de la santé mentale dans la recherche sur les enlèvements n’est pas nouvelle et a des précédents significatifs, tels que le travail de la Dr Aphrodite Clamar.

Avec le soutien de Ted Bloecher et Budd Hopkins, et le financement du Fund for UFO Research, Clamar a mené une recherche pionnière sur les enlevés, avec des résultats publiés par le Dr J. Allen Hynek. L’étude impliquait d’administrer des tests psychométriques standards à des individus ayant rapporté des expériences d’enlèvement, sans révéler ce détail au psychologue menant les examens.

Les résultats ont montré que le groupe des enlevés avait une intelligence supérieure à la moyenne, une vie intérieure riche et une attitude de vigilance constante.

La diversité de leurs personnalités indiquait qu’il n’y avait pas un seul profil psychologique les définissant, bien que l’anxiété observée suggérait la présence d’un « terrible secret » dans leur subconscient, cohérent avec le fait d’avoir vécu un traumatisme profond.

Cette étude souligne la complexité des individus rapportant des enlèvements, défiant les stéréotypes et montrant que, au-delà des différences dans leurs expériences, ils partagent certains traits psychologiques qui pourraient être liés aux effets de ces expériences sur leur psyché.

Le travail de TREAT et les recherches associées contribuent à une compréhension plus nuancée des enlèvements, soulignant le besoin d’une approche soigneuse et empathique envers ceux qui ont vécu de tels événements.

Traumatisme psychique et enlèvements

Le « terrible secret » des enlèvements : réévaluation du traumatisme psychique

La découverte d’un « terrible secret » dans le subconscient des individus enlevés pointe vers le profond traumatisme psychique que de telles expériences peuvent causer.

L’incrédulité initiale du Dr Slater face à la révélation que ses sujets d’étude pourraient avoir été enlevés reflète une réaction commune face à ce phénomène complexe et énigmatique. Cependant, son analyse subséquente, incluse en annexe à son rapport, offre une perspective éclairée sur la nature des enlèvements et leurs effets sur la psyché humaine.

Le Dr Slater a conclu que les expériences d’enlèvement rapportées par les sujets ne pouvaient pas être expliquées uniquement par la psychopathologie traditionnelle.

Si ces expériences étaient de simples fantasmes, les sujets devraient correspondre à des catégories psychologiques extrêmement rares et spécifiques, telles que les menteurs pathologiques ou les individus présentant des troubles de la personnalité multiple, ce qui n’était pas le cas.

Cette conclusion souligne que, si les tests psychométriques ne peuvent confirmer la réalité objective des enlèvements par eux-mêmes, ils ne contredisent pas non plus la possibilité que ces expériences se soient produites. L’absence d’une explication psychologique conventionnelle pour les récits des sujets suggère que quelque chose d’extraordinaire pourrait se passer.

Le Dr Slater a également comparé les traumatismes psychiques vécus par les enlevés à ceux des victimes de viol, notant des similitudes dans les symptômes d’anxiété et les sentiments de violation, pourtant, fondamentalement, ces individus étaient remarquablement normaux et, à bien des égards, supérieurs en intelligence et créativité.

Cette observation souligne l’impact profond que de telles expériences peuvent avoir sur les individus, laissant des cicatrices psychologiques comparables à celles des traumatismes intenses, sans diminuer leurs capacités cognitives ou créatives.

Ces conclusions invitent à une réflexion plus approfondie sur le phénomène d’enlèvement, suggérant que les expériences de ceux qui les ont vécues méritent d’être abordées avec un esprit ouvert et une focalisation empathique, étant donné leur complexité et l’impact émotionnel et psychologique profond qu’elles peuvent avoir sur les individus affectés…

Retour en haut