Lupus : Quand Émotions et Symptômes Se Reflètent

Lupus : Quand Émotions et Symptômes Se Reflètent, InfoMistico.com

La décodage biologique du lupus ouvre une fenêtre sur un monde où les symptômes physiques ne sont que le reflet de batailles émotionnelles internes. Cette perspective nous invite à comprendre la maladie au-delà de ses manifestations cliniques, en identifiant les conflits émotionnels comme le cœur de la pathologie.

Interprétant le Lupus en Décodage Biologique

Lorsque nous parlons du lupus, nous sommes face à quelque chose de bien plus complexe qu’une simple maladie ou syndrome. Imaginez-le comme un puzzle de symptômes variés, chacun reflétant différents conflits émotionnels pouvant être vécus ensemble ou en séquences rapides.

Auparavant, pour les médecins, il était relativement simple de diagnostiquer le lupus s’ils rencontraient plus d’un de ces symptômes…

Douleur, inflammation ou gonflement des articulations

Voici vos articulations, affectées et réclamant attention. Elles sont liées à ce qu’on appelle le mésoderme nouveau, essentiellement la partie de nous qui nous permet de nous mouvoir et de nous valoriser. Nous ajoutons à cela les problèmes dans le sang, ce liquide vital qui nous relie au concept de famille et il n’est pas rare de voir comment les chiffres dans nos analyses de sang dévient vers l’anémie.

Cette situation peut être l’écho d’une dévalorisation perçue au sein de la famille, qui vous paralyse ou vous fait sentir incapable d’avancer dans la vie.

Péricardite ou pleurésie

Imaginez ces « petites peaux » comme les gardiens de votre cœur et de vos poumons, issus du mésoderme ancien, symbolisant les conflits de séparation ou le besoin de protection. Cela peut se traduire par une lutte intérieure liée à l’amour familial et au désir ou au rejet de se séparer de celui-ci.

Les poumons, d’autre part, représentent notre espace vital, notre territoire. Ils peuvent suggérer des peurs profondes d’être envahis ou vulnérables au sein de notre espace le plus sûr : la famille.

Conflit rénal

Les reins ont à voir avec notre survie la plus basique. Ils sont chargés de traiter les liquides que nous consommons et, dans un sens plus primitif, de marquer notre territoire. Cela pourrait être interprété comme une difficulté à « filtrer » ou à traiter émotionnellement les limites de votre environnement ou de vos relations.

La traducción del texto sobre los conflictos emocionales detrás del lupus, manteniendo el tono formal y asegurando la comprensión universal para los hablantes de francés, sería la siguiente:

Conflits émotionnels derrière le Lupus

Lorsque nous analysons les reins et leur message sur le marquage de notre territoire ou la gestion de nos liquides, nous recherchons en réalité des indices sur l’influence émotionnelle derrière ces signaux. Et oui, la famille, le travail ou l’école peuvent jouer un rôle crucial ici :

  • Quel est ce territoire que vous sentez ne pas vous appartenir ?
  • Quel espace croyez-vous qu’on vous a pris ?
  • Y a-t-il un lieu que vous trouvez difficile à revendiquer comme le vôtre ?
  • De quel domaine vous sentez-vous éloigné ou déconnecté ?
  • Pourquoi vous sentez-vous déplacé, comme un poisson hors de l’eau ?

En étendant cette réflexion au sujet de la liquidité, il est temps de questionner nos modèles de dépense :

  • Dans quoi investissez-vous tant que votre argent semble s’évaporer ?
  • Quelle est la raison derrière ce sentiment de culpabilité qui vous envahit chaque fois que vous ouvrez votre portefeuille ?
  • Pourquoi vivez-vous sous la constante sensation que vous devriez restreindre vos dépenses ?

Chaque symptôme du lupus renferme un possible conflit émotionnel, une émotion non adressée. Il ne s’agit pas simplement d’avoir le lupus ; il s’agit d’avoir traversé un ou plusieurs de ces états émotionnels non résolus, se manifestant maintenant sous forme de symptômes.

Ajoutant à la liste des symptômes et de leurs interprétations émotionnelles :

  • Douleur musculaire : vous ressentez une profonde dévalorisation.
  • Urticaire : vous vivez des sentiments de séparation.
  • Perte de cheveux : un autre signe de dévalorisation.
  • Doigts décolorés : indiquent une combinaison de dévalorisation et de sentiments de séparation.
  • Yeux gonflés : problèmes dans les relations ; vous ne voulez pas voir ou faire face à quelque chose qui auparavant vous satisfaisait.
  • Ulcères buccaux : conflits relationnels ; quelqu’un a dit ou vous avez dit quelque chose qui s’est avéré humiliant.
  • Épuisement avec fièvre : peut indiquer une tentative de résoudre des conflits, mais si cela persiste, cela suggère une résolution incomplète.

Face à la présence de deux ou trois de ces symptômes, la médecine peut rapidement vous étiqueter avec le lupus.

Vous n’avez pas besoin de présenter tous les symptômes pour recevoir ce diagnostic. Mais si le cœur de votre problème réside dans la dévalorisation personnelle, ce diagnostic peut aggraver votre état, puisque la perception de faiblesse ou de nervosité s’intensifiera.

Face à un diagnostic de lupus, l’essentiel est d’identifier et de travailler sur ces conflits émotionnels sous-jacents dans votre vie.

Le conflit émotionnel de dévalorisation

Il affecte directement les os et les articulations, se manifestant spécifiquement selon le type de dévalorisation que vous expérimentez, ce qui est courant dans la douleur et l’arthrite associées au lupus.

Se concentrer sur ces aspects émotionnels, les explorer et les résoudre, peut offrir une nouvelle perspective et un soulagement à ceux qui font face à ces symptômes, ouvrant la voie à une meilleure compréhension et gestion de leur bien-être intégral.

Conflits émotionnels profonds et leur relation avec le Lupus

Conflit de déracinement ou se sentir comme un « Poisson hors de l’eau »

Ce dilemme émotionnel impacte directement un ou les deux reins, conduisant à l’accumulation de liquide et à l’inflammation dans le corps. Ce phénomène, connu sous le nom de néphrite lupique dans le contexte du lupus, est le reflet physique de ne pas se sentir à sa place ou de se sentir déplacé.

La gestion incomplète de ce conflit, c’est-à-dire trouver des solutions partielles qui ne traitent pas la racine du problème, peut déclencher une insuffisance rénale chronique. C’est comme essayer de s’adapter constamment à un environnement qui ne semble jamais être le sien, ce qui, à long terme, affecte la santé rénale.

Conflit émotionnel de séparation

Ce conflit affecte la peau, en particulier l’épiderme. Il se manifeste clairement au stade de la cicatrisation, où la tentative du corps de guérir se traduit par un œdème ou un gonflement de l’épiderme.

Cet œdème n’est pas seulement un signe de réparation mais peut, paradoxalement, intensifier le sentiment d’aliénation ou d’être un « poisson hors de l’eau », marquant la peau avec des taches ou des lésions évidentes.

Le facteur pulmonaire

Les poumons représentent la peur de la mort. Cette peur profonde peut exacerber tous les conflits émotionnels précédents, devenant un déclencheur puissant qui complique encore plus la situation.

Il est possible que ces conflits émotionnels se chevauchent, se produisant simultanément ou en séquences rapides. Cela illustre la dynamique souvent tumultueuse des patients atteints de lupus, qui peuvent passer de la résolution d’un conflit à un autre, dans un cycle apparemment sans fin.

La nature cyclique des conflits et du lupus

Les patients atteints de lupus entrent et sortent souvent des phases de rémission, déclenchant et résolvant des conflits sans apporter de changements durables dans leurs vies. Ce modèle de résolution temporaire suivi de rechutes est un cycle difficile qui nécessite une intervention plus profonde et significative pour être brisé.

Mal de tête comme indicateur

Les maux de tête émergent comme des signaux clairs que, bien qu’il y ait eu une guérison partielle, la personne est retombée dans d’anciens modèles.

L’œdème cérébral lors de la réparation peut augmenter dangereusement si l’individu retombe dans des conflits émotionnels non résolus, en particulier ceux associés au sentiment de déracinement.

Cela représente non seulement un risque pour la vie du patient mais peut également déclencher une série de problèmes comportementaux et psychologiques, étant donné que chaque conflit émotionnel affecte différentes zones du cerveau, créant ce qu’on appelle une « constellation » de symptômes.

Vers une compréhension globale

Il est crucial de comprendre que les défis auxquels les patients atteints de lupus sont confrontés vont au-delà des limites d’un système immunitaire affaibli.

La véritable guérison implique de s’attaquer à ces conflits émotionnels profonds, cherchant des solutions qui soulagent non seulement les symptômes physiques mais qui résolvent également les racines émotionnelles et psychologiques de la maladie.

Le système immunitaire, cet entrelacs défensif complexe de notre corps, est affecté par une variété de facteurs, mais du point de vue de la biodécodage, les changements en lui sont interprétés comme un reflet de la façon dont le cerveau gère de multiples conflits et symptômes simultanés.

Dans sa tentative d’assurer la survie, le cerveau pourrait, métaphoriquement parlant, « négliger » ses défenses en priorisant la résolution d’autres conflits plus immédiats, comme les conflits rénaux, pulmonaires, ou de la peau.

Le chemin vers la guérison

La véritable libération d’un diagnostic de lupus implique une introspection profonde et une analyse de l’environnement dans lequel nous vivons. Voici quelques étapes clés vers la récupération :

  • Évaluez votre environnement : prenez un moment pour réfléchir à avec qui vous partagez votre espace et aux conditions de cet environnement. Demandez-vous si ces circonstances contribuent à votre bien-être ou si, au contraire, elles exacerbent vos symptômes.
  • Établissez des limites saines : apprendre à vous distancer des personnes ou des situations qui vous dévalorisent ou contribuent à un environnement toxique est fondamental. Cette étape n’est pas facile et peut nécessiter du soutien et du temps, mais elle est cruciale pour votre processus de guérison.
  • Cherchez un territoire sain : trouvez un espace, qu’il soit physique ou émotionnel, où vous ne vous sentez pas envahi ou menacé. Un lieu qui vous permet de vous sentir en sécurité, valorisé et compris.
  • Autosuffisance et empowerment : cela fait référence à la capacité de prendre le contrôle de votre vie et de vos décisions, vous libérant de la mentalité de victimisation (« Pauvre de moi »). C’est le processus de vous autonomiser pour que vous puissiez diriger des changements significatifs dans votre vie.

Au-delà du diagnostic

Le lupus, vu à travers le prisme de la biodécodage, nous invite à considérer non seulement les symptômes physiques mais aussi le tissu émotionnel et environnemental dans lequel ces symptômes se développent et se perpétuent.

La guérison complète nécessite plus que des traitements conventionnels ; elle exige une transformation dans la façon dont nous vivons, comment nous nous rapportons à nous-mêmes et aux autres, et comment nous affrontons les conflits émotionnels qui surgissent sur notre chemin.

Le défi est grand, mais la récompense l’est aussi : une vie plus épanouie, saine et en harmonie avec notre être intérieur et le monde qui nous entoure. Ce processus n’est pas seulement une guérison du lupus mais un chemin vers l’auto-découverte et l’accomplissement personnel.


Avec des informations de Biodecoding de Christian Flèche
L’image de couverture a été fournie gracieusement par Depositphotos.com

Retour en haut