L’Illumination du Savant et la Maîtrise Zen

L’Illumination du Savant et la Maîtrise Zen, InfoMistico.com

À l’écoute des paroles du maître zen, le savant se trouva à la fois submergé et humble. Pendant des années, il avait savouré ses accomplissements, se considérant comme un phare de la connaissance. Pourtant, il n’avait jamais envisagé que sa coupe puisse être trop pleine pour en accepter davantage.

Surabondance de Connaissances : La Leçon de la Coupe de Thé du Monastère Zen

Remarquant son malaise, le maître lui tendit un tissu pour essuyer son visage. « Détenir le savoir n’est pas le défaut », commença le maître d’un ton mesuré, « le défaut réside dans l’incapacité de laisser de la place à l’apprentissage continu et à l’humilité. »

Le savant passa plusieurs mois au monastère, absorbant non seulement les enseignements du Zen, mais aussi la valeur de l’écoute et de l’ouverture d’esprit. Il discerna que chaque individu, indépendamment de son statut ou de son éducation, avait une leçon à lui offrir.

Peu à peu, il commença à aider aux tâches quotidiennes du monastère, du balayage des sols à l’assistance en cuisine. Un jour, alors qu’il lavait la vaisselle, un jeune moine s’approcha hésitant.

« Maître », commença le jeune, « j’ai entendu parler de vos exploits académiques et souhaite apprendre de vous. »

Le savant, avec un sourire doux, plaça une tasse vide devant le novice. « Je suis prêt à partager mon savoir », déclara-t-il, « mais d’abord, dis-moi ce que tu vois dans cette tasse. »

Le jeune moine sourit, disant : « Je vois une tasse vide, prête à être remplie. »

Avec un sourire complice, le savant répliqua : « C’est ainsi que nous devrions aborder l’apprentissage. Toujours prêts et réceptifs à de nouvelles expériences. Assure-toi que ta coupe ne soit jamais trop pleine pour en accueillir davantage. »

Dans ce moment d’humilité, le savant, autrefois fier de sa vaste connaissance, se transforma en un véritable maître, laissant une empreinte indélébile de sagesse et d’humilité sur le monastère zen et sur tous ceux qu’il rencontra.

Retour en haut