Leçons d’un chien blessé

Leçons d’un chien blessé, InfoMistico.com

Dès mon plus jeune âge, le Mouvement Scout a joué un rôle déterminant dans mon développement. Au sein de ce cadre, j’ai intégré des valeurs résistant à l’épreuve du temps, telles que l’importance de la « Bonne Action », un acte louable qu’il convient de réaliser quotidiennement.

L’héritage du scoutisme et la douleur silencieuse des animaux

Qu’il s’agisse d’un geste aussi simple que de ramasser des détritus ou d’aider aux tâches ménagères; de la protection de notre environnement naturel à l’assistance d’une personne âgée traversant la rue, j’ai trouvé une satisfaction à accomplir ces tâches quotidiennes.

Cependant, un jour, en parcourant les rues de mon quartier, un spectacle déchirant s’est présenté à moi : un chien blessé, vraisemblablement percuté par un conducteur inattentif, gisait immobile, les pattes arrière brisées, entouré d’un tourbillon de véhicules menaçant de mettre fin à sa vie déjà fragile.

Un appel à la conscience

Là, devant moi, se présentait une occasion manifeste d’exécuter cette « Bonne Action » que je défendais si ardemment en tant que scout.

Déterminé, j’ai arrêté la circulation pour venir en aide à la créature blessée. Bien que inexpérimenté, je me suis appuyé sur mon Manuel Scout, qui fournissait des directives pour immobiliser les blessures.

Pourtant, en m’approchant pour aider, le chien, dans sa douleur et sa peur, m’a mordu. Bien que des soins médicaux immédiats aient garanti que je n’étais pas en danger de rage, aucun vaccin ne pouvait atténuer la profonde déception que je ressentais.

C’était un coup direct à mon innocence. Je me demandais comment, en essayant de faire le bien, je pouvais recevoir une telle réponse. Je ne voulais pas être un agresseur pour ce chien, au contraire, j’aspirais à être son protecteur et allié.

La douleur cachée derrière l’agression

Des années ont passé avant qu’une révélation ne dévoile la vérité derrière cet incident. Ce n’était pas le chien qui m’avait attaqué, mais sa douleur, son traumatisme. J’ai alors compris que ceux qui infligent de la douleur le font souvent non par malveillance, mais comme reflet de leur souffrance intérieure.

Ainsi, face à la colère, au rejet ou à la critique, ne le percevez pas comme une attaque personnelle. Cherchez plutôt à comprendre l’origine de leur douleur et, au lieu de riposter, offrez empathie, compréhension et, si c’est dans vos capacités, assistance.

Retour en haut