Le silence comme réponse

Le silence comme réponse, InfoMistico.com

Les perceptions peuvent à la fois être puissantes et trompeuses. Au travers de ces récits, nous observons comment les États-Unis ont employé le pouvoir des mots pour contester l’image mondiale qui leur est attribuée. Ces instants de silence rappellent que les réponses judicieusement choisies ont la capacité de transformer des récits et de remettre en question des stéréotypes.

La puissance du verbe : Comment de judicieuses réponses modifient les perceptions

En 2003, alors que j’étais en Suisse pour une conférence au Forum Économique Mondial, l’ancien Archevêque de Canterbury, George Carey, posa une question à Powell. « Ne pensez-vous pas que les États-Unis accordent trop de confiance au « pouvoir de la force » ? », interrogea-t-il, faisant référence aux interventions militaires et aux annexions de pays plutôt qu’à l’exercice du « soft power ». Ce dernier fait appel aux valeurs universelles partagées par les grandes religions, établissant une confiance basée sur ces principes.

Powell rétorqua : « Nous avons quitté nos côtes à de nombreuses reprises au cours du siècle dernier, exposant de magnifiques jeunes hommes et femmes au danger. Beaucoup d’entre eux ont perdu la vie, et nous n’avons revendiqué qu’un simple lopin de terre pour les enterrer. »

Un silence pesant envahit la salle. On aurait pu entendre une épingle tomber.

Conférence en France

Lors d’une conférence en France réunissant plusieurs ingénieurs internationaux, dont des Français et des Américains, pendant une pause, un ingénieur français s’exclama : « Avez-vous entendu la dernière absurdité de Bush ? Il a envoyé un porte-avions en Indonésie pour aider les victimes du tsunami. Compte-t-il les bombarder ? »

Un ingénieur de Boeing intervint calmement :

« Nos porte-avions disposent de trois hôpitaux pouvant accueillir des centaines de personnes. Ils sont alimentés par énergie nucléaire et peuvent fournir de l’électricité d’urgence à des installations terrestres. Ils possèdent trois cantines capables de nourrir 3 000 personnes trois fois par jour, peuvent produire des milliers de litres d’eau potable à partir de l’eau de mer chaque jour et disposent d’une demi-douzaine d’hélicoptères pour transporter les blessés. Les États-Unis ont onze de ces navires. Et la France, combien en a-t-elle ? »

De nouveau, un silence lourd s’installa dans la salle. On aurait pu entendre une épingle tomber.

Conversation en allemand

Un amiral américain participait à une conférence regroupant des amiraux des marines des États-Unis, d’Angleterre, du Canada, d’Australie et de France. Lors d’une réception, il se trouvait entouré d’officiers de la plupart de ces pays.

Tous échangeaient en anglais. Cependant, un amiral français se plaignit du fait que, tandis que les Européens apprennent plusieurs langues, les Américains n’apprennent que l’anglais. Il posa alors la question :

« Pourquoi devons-nous toujours converser en anglais lors de ces conférences, et non en français ? »

Sans hésitation, l’amiral américain rétorqua : « Peut-être parce que les Anglais, Canadiens, Australiens et Américains ont fait en sorte que vous n’ayez pas eu à parler allemand. »

Un silence assourdissant s’ensuivit. On aurait pu entendre une épingle tomber.

Omaha Beach, le Jour J, 1944

Robert Whiting, un octogénaire, arriva à Paris par avion. À la douane française, il mit quelques minutes à retrouver son passeport. L’agent, d’un ton sarcastique, lui demanda : « Avez-vous déjà visité la France, monsieur ? »

Whiting confirma qu’il avait déjà été en France.

« Dans ce cas, vous devriez savoir qu’il faut présenter son passeport », rétorqua l’agent.

« La dernière fois que je suis venu, je n’ai pas eu à le faire », répondit l’Américain.

« Incroyable ! Les Américains doivent toujours montrer leurs passeports en arrivant en France ! », insista le Français.

Whiting lui lança un regard sévère et expliqua posément : « Eh bien, lorsque j’ai débarqué sur Omaha Beach le Jour J en 1944 pour aider à libérer ce pays, je n’ai rencontré aucun Français à qui montrer un passeport. »

Un silence de plomb. On aurait pu entendre une épingle tomber.

Affronter les critiques et les préjugés nécessite plus que de simples arguments solides ; il faut un impact émotionnel. Les moments décrits ici illustrent qu’une réponse judicieusement formulée peut faire plus que remporter un débat : elle peut modifier la perception d’une nation, ne serait-ce que pour un bref instant de silence total.

Retour en haut