La fenêtre de l’hôpital

La fenêtre de l’hôpital, InfoMistico.com

Dans la quiétude d’une chambre d’hôpital, deux hommes lient leurs vies au fil de récits de scènes jamais vues auparavant. Une fenêtre se mue en portail vers des paysages de réconfort et la promesse d’un demain meilleur, malgré la vérité qu’elle dissimule.

Récits depuis un coin de guérison

Dans une chambre d’hôpital blanche et silencieuse, deux hommes partageaient la torpeur de la maladie et la compagnie l’un de l’autre.

Le premier, aux cheveux argentés et au visage marqué par les sourires d’antan, s’asseyait chaque après-midi près de la fenêtre, laissant son torse fatigué se soulager.

Son voisin de chambre, un homme au regard doux et aux mains marquées par le labeur acharné, demeurait allongé, son regard fixé sur le plafond immaculé.

Au fil des jours, parmi les murmures sur leurs vies et souvenirs, ils tissèrent une amitié. « Comment est le monde aujourd’hui, ami ? », demandait l’homme alité, sa voix teintée de désir.

Le regard lointain dans le panorama que la fenêtre embrassait, le premier commençait à peindre avec des mots le paysage qui se déployait devant lui. « Il y a un lac où les reflets du soleil dansent parmi de petites vagues. Canards et cygnes traversent l’eau dans un ballet silencieux », narré-il, et son compagnon souriait, plongeant ses pensées dans ce miroir aquatique.

Les enfants couraient dans l’herbe, leurs rires s’élevant comme des cerfs-volants dans le vent. « Je les vois diriger leurs petits bateaux comme de vaillants capitaines sur des mers d’herbe », contait l’homme de la fenêtre. Son ami fermait les yeux, écoutant l’écho de ces rires qui lui apportaient des souvenirs de jeunesse.

Ils évoquaient de jeunes couples qui, main dans la main, trouvaient dans le parc un refuge pour leurs chuchotements amoureux. « Les fleurs sont comme une tapisserie recouvrant la terre, chacune rivalisant en beauté », disait-il, et le cœur de l’homme au lit s’épanouissait à chaque mot.

Les arbres se dressaient comme des gardiens du temps, et au loin, la ville tissait une ligne de rêves sous le ciel. Ainsi, chaque après-midi, la chambre se remplissait d’un monde qui transcendait ses murs.

Un jour, le défilé du printemps envahissait la rue, et même si le grondement de la bande n’atteignait pas leurs oreilles, l’homme à la fenêtre narrait chaque pas, chaque accord, et son compagnon, les yeux clos, dirigeait l’orchestre invisible dans son esprit.

La vérité derrière la fenêtre

La tranquillité fut brisée un matin par l’absence de l’homme de la fenêtre. L’infirmière, les yeux humectés par une peine professionnelle, emporta ce qui restait de sa présence.

Le survivant, après un silence respectueux, demanda d’une voix tremblante à être déplacé près de la fenêtre. Lorsqu’il fut enfin seul, il s’efforça de se propulser, la curiosité servant de baume à sa douleur.

La fenêtre ne révéla pas le parc qu’il avait imaginé, mais un mur immaculé, une toile de béton lui renvoyant une réalité inattendue.

Confus, il interrogea l’infirmière, cherchant à comprendre. « Pourquoi lui… ? »

Elle, avec un sourire qui masquait la complexité de l’âme humaine, murmura : « Parfois, les histoires que nous racontons ne sont pas celles que nous voyons, mais celles que nous souhaitons faire ressentir aux autres. Il a voulu vous offrir un monde plein de vie parce qu’il savait que c’était ce dont votre cœur avait besoin ».

Et à cet instant, bien que la fenêtre ne montrait qu’un mur, l

‘homme dans le lit comprit que les vues les plus belles sont celles qui sont construites avec amour et espoir dans le regard de ceux qui nous entourent.

Retour en haut